L’Economist Célèbre la Nouvelle Scène Politique au Québec

Fondateur de la Coalition pour l'Avenir du Québec, François Legault

Le temps pour investir au Québec est maintenant, selon dit la publication The Economist.

Dans leur dernière édition, la revue d’élite anglaise décrit la nouvelle scène politique du Québec avec enthousiasme, en donnant le feu vert pour les investisseurs du monde entier. Il nomme la nouvelle époque la “non-pertinence du séparatisme”, un clin d’oeil caché pour les hommes d’affaires qui ont quitté la province en masse après le premier référendum en 1980. Cette “incertitude politique” suscitait un exode de masse dans les années suivantes, avec toutes les grandes banques, compagnies d’assurance et entreprises en déplacement à Toronto.

La revue mentionne spécifiquement François Legault et sa Coalition pour l’Avenir du Québec, une nouvelle force dans le discours politique:

The aim of their Coalition pour l’avenir du Québec (Coalition for the future of Quebec) is to persuade Quebeckers to set aside the province’s central political question in order to concentrate on its more immediate problems of education, health care, the economy and preserving its distinct culture.

Les problèmes d’éducation, santé, économie et culture, seront tous gérables par les orientations préconisées de la Coalition, croit l’Economist, dans un endossement destiné pour le lectorat international éduqué, informé et riche.

La description positive de la belle province pour les investisseurs anglais signifie que le monde des affaires, basé à New York et Londres, sont près à retourner leur confiance et argent au Québec. Couplé avec la désintégration du parti fédéral dédié au séparatisme et la crise du Parti Québecois, le virage vers la droite au Québec, avec le Réseau-Liberté du Québec et la Coalition de Legault fournissant la base grassroots, est certain de provoquer une nouvelle époque dans l’histoire du peuple canayen et nation québécoise.

Devant la Chambre commerce de Lévis, Legault a déclaré:

Actuellement, [souverainéte] divise le Québec. Je pense qu’on a besoin d’au moins une dizaine d’années pour rebâtir notre rapport de force. Et ce sera bon pour les deux camps, ceux qui sont pour le fédéralisme renouvelé et ceux qui sont pour la souveraineté

En tout cas, le Québec a besoin d’un esprit pour revitaliser les gens et la société, que ce soit une philosophie, un mouvement, ou un leader.

Est-ce que l’homme pour assumer ce rôle est Legault? Ou soit-il la “saveur du mois”, comme décrive Le Devoir? Nos amis anglais à l’autre côté de l’Atlantique ont clairement choisi leur camp.

Advertisements

What do you think?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s